COMPÉTITION INTERNATIONALE LONGS MÉTRAGES


EDito

Reflet d’une création en prise avec les tourments du monde, la compétition illustre combien les cinéastes sont, partout, en phase avec leur temps autant qu’ils sont attachés à dénouer les fils d’un passé tumultueux.

La seconde guerre mondiale a marqué un tournant majeur dans les rapports entre cinéma et guerre. L’œil de la caméra investit définitivement le « champs » du conflit. Des cinéastes comme John Ford ou Samuel Fuller couvrent puis mettent en scène, pour l’armée américaine d’abord et pour Hollywood ensuite, les horreurs des combats, donnant naissance à un genre à part entière : le « film de guerre ».

A peine vingt ans plus tard, le conflit vietnamien, son déferlement d’images télévisuelles et le traumatisme qu’elles suscitent accentuent le besoin universel de représenter et de s’interroger sur la nature profonde de ces guerres.

Ces deux exemples majeurs de l’Histoire du XXème siècle ont donc amené le cinéma à s’emparer de ces événements tragiques et de la plupart de ceux qui vont suivre. Ainsi, aux images de propagandes et aux premiers reportages de guerre succède un déferlement de fictions proposant différents points de vue, approches artistiques et commentaires. En effet, aborder la question des conflits au cinéma, c’est témoigner et mieux sonder notre Histoire commune mais c’est aussi s’interroger sur le pouvoir du cinéma et sa force de représentation.

War on Screen s’attache, à travers les 10 longs métrages de la compétition, à s’extraire du « Film de guerre » dans son approche purement militaire et spectaculaire pour explorer plus largement les conflits de notre monde dans leur diversité, leur dimension humaine et dans les enjeux qu’ils soulèvent. Notre objectif est de confronter les multiples regards sur des conflits passés, présents et futurs et de proposer au public des approches singulières, souvent réflexives, parfois métaphoriques sur la guerre.

Un portrait de GI’s de retour d’Afghanistan, une plongée glaçante au cœur d’un Sonderkommando, une épopée « Herzoguienne » au cœur de l’Amazonie du début du XXème siècle, des portraits de jeunes femmes « combattantes » en Tunisie et en Colombie, le combat d’un juge idéaliste en pleine guerre froide, le quotidien de soldats Afghans, des histoires d’amour métamorphosées par le conflit yougoslave, la guerre des 6 jours vue par ceux qui l’ont vécue ou l’errance nocturne et poétique d’un enfant algérien sont autant de petites histoires qui permettent de mieux appréhender et comprendre la grande Histoire à travers le parcours d’individus pris dans le tourbillon d’événements qui les dépassent.

10 films inédits venus de 8 pays, 10 histoires qui s’adressent à nous et nous interpellent, 10 regards sensibles et touchants sur les conflits d’hier et d’aujourd’hui composent la sélection officielle 2015.

Bon festival !


Philippe Bachman et Hervé Bougon

 

les films


A PEINE J'OUVRE LES YEUX - Leyla Bouzid (2015) - Tunisie/France/Belgique

ALIAS MARÍA - José Luis Rugeles (2015) - Colombie/Argentine/France

CENSORED VOICES - Mor Loushy (2015) - Israel/Allemagne

EL ABRAZO DE LA SERPIENTE - Ciro Guerra (2015) Colombie/Venezuela/Argentine

KILLING TIME – ENTRE DEUX FRONTS - Lydie Wisshaupt-Claudel (2015) - France/Belgique

LA NUIT ET L'ENFANT - David Yon (2015) - France/Qatar

LE FILS DE SAUL - László Nemes (2015) - Hongrie

SOLEIL DE PLOMB - Dalibor Matanic (2015) - Croatie/Serbie/Slovénie

TELL SPRING NOT TO COME THIS YEAR - Saeed Taji Farouky, Michael McEvoy (2015) - Royaume-Uni

THE IDEALIST - Christina Rosendahl (2015) - Danemark
 

LES PRIX 

-LE GRAND PRIX DU JURY RÉCOMPENSERA L’ŒUVRE CINÉMATOGRAPHIQUE LA PLUS SIGNIFIANTE.

-LA MENTION SPÉCIALE DU JURY SERA ATTRIBUÉE À L’ASPECT REMARQUABLE D’UN FILM.

-LE PRIX DE LA MISE EN SCÈNE

Les festivaliers seront également mis à contribution et attriburont LE PRIX DU PUBLIC  en votant à la sortie de chaque séance.

 







Partenaires Institutionnels